Gestion d’un territoire de vie : questions pour une discussion communautaire

La « gestion » d’un territoire de vie englobe toutes les actions mises en œuvre pour en prendre soin, pour le préserver et en tirer avantage. Elle inclut généralement différentes activités, orientées et inspirées par les décisions de gouvernance, dont la surveillance et l’application des règles établies, les récoltes et le bon usage des ressources naturelles ainsi que l’observation et l’évaluation en cours des résultats. Ces activités de gestion sont souvent exposées et décrites dans un plan de gestion (ou son équivalent) et peuvent être adaptées avec le temps pour répondre aux changements et aux leçons apprises.

La gestion comprend tout ce qui est fait pour atteindre des objectifs spécifiques. Elle concerne généralement un ensemble d’activités et les moyens à disposition pour les mener à bien. En savoir plus !

Bien que #l’outil de résilience et de sécurisation propose quelques questions basiques sur la gouvernance d’un territoire de vie, certaines communautés pourrait vouloir entrer dans des discussions et une compréhension plus profondes du sujet. Ces questions d’orientation peuvent appuyer cet effort :

Plan de gestion

  • Notre communauté dispose-t-elle d’un plan de gestion (écrit ou oral) ?
  • Le plan de gestion est-t-il basé sur les expériences et les connaissances de notre communauté ?
  • Le plan de gestion respecte-t-il les décisions communautaires et la vision du territoire de vie ?
  • Existe-t-il un suivi des résultats et des impacts des activités de gestion ?
  • Le plan de gestion est-il intégré dans des plans à plus grande échelle (comme l’aménagement du territoire au niveau municipal ou régional), de façon à ce que les contributions et les besoins du territoire de vie soient reconnus et pris en compte ?

Capacités humaines et techniques

  • Y a-t-il assez de personnes engagées dans la gestion du territoire de vie et, plus particulièrement, sont-elles capables d’appliquer les règles définies par notre communauté ?
  • Ont-elles les compétences et le matériel nécessaires pour mettre en place efficacement le plan de gestion ?
  • Si non, pourraient-elles être formées, ou acquérir d’une manière ou d’une autre ces compétences et ce matériel ?

Ressources et contributions

  • Les ressources et les contributions actuellement disponibles sont-elles suffisantes pour répondre aux besoins de gestion de notre territoire de vie (comme du volontariat ; des contributions en nature ; des infrastructures comme des bateaux, des voitures, des téléphones ; des financements ?)
  • La provenance de ces ressources est-elle fiable et durable ?
  • Avec plus de ressources ou avec des ressources plus appropriées, que pourrions-nous améliorer ?
Note

Alors que le rôle de la communauté est primordial en ce qui concerne la gouvernance d’un territoire de vie « défini », il ne l’est pas en matière de gestion.

Certaines communautés gardiennes décident de déléguer la gestion de leurs territoires. Cela s’explique par des raisons techniques, légales ou encore pratiques. Cependant, dans tous les cas, qu’elle soit directe ou indirecte, une gestion efficace du territoire du vie est nécessaire pour construire et pérenniser l’auto-détermination de la communauté. Il est donc important de comprendre de quelle manière s’effectue la gestion, y compris les connaissances, les compétences et les capacités humaines et financières dont elle dépend.

Traduction : Solène Chatelain